Relance économique : les dernières annonces gouvernementales

Voici une synthèse des principaux points abordés hier soir par le Ministre de l’Economie et des Finances.

  • Le fonds de solidarité sera élargi à 75.000 nouvelles entreprises, a annoncé Bruno Le Maire. De nouvelles professions vont être incluses, notamment celles liées au secteur de l’événementiel (fleuristes, traiteurs, graphistes, etc.). L’accès à ce fonds sera accessible aux entreprises ayant perdu 70% de leur chiffre d’affaires, contre 80% précédemment. Il sera en outre ouvert aux entreprises comptant jusqu’à 50 salariés, contre 20 aujourd’hui.
    Retrouver la liste complète des secteurs concernés ci-dessous.
  • Bruno Le Maire a fait des annonces sur les exonérations de charges sociales : « Les entreprises fermées administrativement ou qui font l’objet de restrictions horaires, par exemple pour les bars, ou qui font une perte de chiffre d’affaires d’au moins 50% sont exonérées de cotisations sociales jusqu’à ce que les mesures de restriction soient levées. » De plus, les nouvelles activités évoquées par le ministre de l’Economie, comme « la blanchisserie, les arts de la table pourront bénéficier de manière rétroactive des exonérations de charges sociales sur la période qui couvre le mois de février au mois de mai 2020 ».
  • Sur le chômage partiel : « Toutes les entreprises des secteurs du tourisme, de l’événementiel, de la culture, du sport pourront bénéficier d’une prise en charge du chômage par l’Etat à 100% avec zéro reste à charge entreprise jusqu’à la fin de l’année 2020. »
  • Sur le système de prêt garanti par l’Etat, Bruno Le Maire a affirmé que le taux maximum serait fixé à 2,5% : « Il sera compris dans une fourchette entre 1 et 2,5%. » Il a également indiqué -sans autre forme de précision-  « il va falloir qu’on prolonge la durée de ce prêt parce qu’on ne peut pas le rembourser tout de suite, parce que les chiffres d’affaires ne sont pas suffisants ».
  • Interrogé sur le chômage des jeunes, Bruno Le Maire a rappelé plusieurs dispositifs. « Les entreprises peuvent bénéficier d’une prime de 4 000 euros en embauchant un jeune en CDI », même chose « pour un apprenti ». Le ministre lance « un appel à toutes les entreprises, petites ou grandes, pour qu’elles fassent l’effort d’embaucher des jeunes et se saisissent des dispositifs du gouvernement (…) nous avons tous une responsabilité ».

Nos services restent mobilisés pour répondre à vos questions et vous apporter l’appui nécessaire.

retour
clear
retour
clear
retour
clear
retour
clear
retour
clear

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer